Vous êtes beaucoup à vous demander ce pourquoi vous prenez du poids. J’entends beaucoup de personnes dire “je grossis rien qu’en regardant ce gâteau au chocolat” ou bien encore “je ne mange rien et pourtant je grossis”. Je vais donc essayer de vous expliquer dans cet article certains facteurs de prise de poids. Car quand on connait la cause, il est bien plus facile de trouver des solutions.

Macaron
Macaron

Moins vous mangez, plus vous allez prendre du poids

Dans l’imaginaire collectif, moins manger permettrait de “puiser sur les graisses”, perdre du gras, et donc perdre du poids. En théorie, c’est vrai, mais il y a un hic. Qu’allez-vous mettre en place comme comportement alimentaire afin d’arriver à vos fins ? (ou “faims” si je puis dire…).

Pour “moins manger” il suffit de ne plus écouter ses sensations alimentaires (faim et satiété) ou tout simplement ne pas réagir face à vos sensations alimentaires. C’est ce que l’on appelle de la restriction alimentaire. Sur le court terme, vous allez perdre du poids, mais qu’en est-il du long terme ?

Cercle vicieux perte et prise de poids
Cercle vicieux perte et prise de poids : source REVMED

Sur le long terme, le poids initialement perdu est repris, voire pire, vous prenez plus de poids qu’au préalable. C’est ce qu’on appelle le fameux “effet yo-yo“.

Donc un des premiers facteurs de prise de poids, c’est bien la restriction alimentaire ! Mais au-delà de ça, c’est surtout le fait de ne pas écouter ses sensations alimentaires. L’écoute de ses sensations alimentaires c’est un travail que je mets en place en consultation avec mes patients.

C’est aussi un phénomène physiologique, pas simplement psychologique : 

Moins vous mangez plus vous allez prendre de poids car votre corps va créer un mode “survie“. Il va stocker le peu que vous allez lui donner car il a peur de manquer. Donc manger en-dessous de ses besoins nutritionnels n’est pas une bonne astuce pour perdre du poids (et surtout stabiliser son poids) sur le long terme.

Vidéo d’explication : 

L’impact du microbiote intestinal sur la prise de poids

Le microbiote intestinal représente toutes les bactéries qui séjournent dans notre intestin. Dans cet amas de bactéries, il y en des bonnes comme il y en a des mauvaises. Par ailleurs, lorsque l’on prend des antibiotiques, le but est de détruire les mauvaises bactéries de votre intestin, le problème, c’est qu’il détruit tout sur son passage, même les bonnes bactéries.

Bactéries intestinales
Bactéries intestinales

D’autre part, des recherches menées par l’American Journal of Clinical Nutrition rapportent que les personnes qui consomment plus de prébiotiques ont moins de risque d’être en surpoids après 10 ans comparées à celles qui en consomment le moins.

Mais qu’est-ce que les prébiotiques ?

Les prébiotiques sont des composants des fibres non digestibles. Ils sont classés en deux groupes suivant leur structure chimique : les fructanes (inuline et fructo-oligosaccharides) et les galacto-oligosaccharides (GOS).

« Ces prébiotiques présents dans différents fruits, légumes et céréales complètes augmentent la croissance intestinale des bactéries bénéfiques pour la santé humaine et peuvent réduire la présence dans l’intestin de bactéries pathogènes » selon les auteurs de l’article.

Les prébiotiques, auraient une influence sur la fonction de barrière intestinale (notamment sur l’hyperméabilité intestinale), la prévention de la diarrhée ou autre troubles digestifs et intestinaux, des modifications favorables du métabolisme des lipides mais aussi des bénéfices sur le contrôle de la glycémie, sur la perte de poids et la satiété.

Intestin
Intestin

 « De plus en plus d’études suggèrent que les fibres alimentaires ayant des propriétés prébiotiques ont un rôle dans la modulation de l’expression des gènes et dans le métabolisme, notamment en provoquant des modifications de la composition et de l’activité du microbiote intestinal ». 

Vous l’aurez compris, votre microbiote (les bactéries que contiennent votre intestin) a un impact sur la prise de poids, mais aussi la stabilisation du poids.

Oléagineux
Oléagineux

Vos réserves en gras

Dans notre corps nous avons des adipocytes ou plus communément appelés “cellules de gras”. Le fait est que, ce sont nos cellules de gras qui permettent de sécréter la leptine. Leptine, une des hormones de la satiété. C’est cette leptine qui est charge du message “stop arrête de manger je n’ai plus faim” après votre repas. Lorsque la satiété arrive, le taux de leptine est à son pic.

Par ailleurs, plus la masse grasse (quantité de gras dans votre corps) est élevée, plus la leptine est élevée dans notre sang. Dès lors, si nous prenons du poids, les réserves de graisse augmentent, les adipocytes augmentent et la leptine augmente. A l’inverse, si nous perdons du poids, les réserves en gras diminuent, et la leptine fait de même. Ainsi les personnes atteintes de surpoids ou d’obésité ont un taux de leptine élevé.

Mais gare à la leptine et son fonctionnement, elle risque de prendre un “rythme de croisière” et former une “zone de confort”. Votre corps peut s’habituer à un certain taux de leptine, ce qui peut poser problème lorsque vous perdez de la masse grasse. Les sensations alimentaires sont donc moins bien ressenties et donc le comportement alimentaire (les apports alimentaires) sont biaisés. 

Manger équilibré : chocolat
Manger équilibré : chocolat

CONCLUSION : Il est indispensable de travailler sur 3 critères (qui sont les 3 critères que je travaille en consultation avec mes patients). Le premier, c’est l’écoute de ses sensations alimentaires, le deuxième c’est le rythme alimentaire et le troisième la structure des repas (équilibre alimentaire). Car quand on mange de tout, on ne manque de rien, même pas de prébiotiques !

Pour en savoir plus sur ma méthode n’hésitez pas à lire la page “consultation” sur mon site internet. Vous pouvez également retrouver mes actualités sur Facebook et Instagram.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share via
Copy link